Angers

Angers

Accueil  /  Actualités  /  Interview - Aurélien Bargain, futur formateur chez IHECF

Interview - Aurélien Bargain, futur formateur chez IHECF

Pour donner suite à l’intervention d’Aurélien Bargain auprès de nos DCG, les étudiants ont eu beaucoup de questions qui ont émergé. C’est pourquoi, dans cette interview, Aurélien Bargain répond à toutes les interrogations des étudiants.

 

Présentez-vous ? Parlez-nous de votre rôle d’intervenant ?

Je m’appelle Aurélien Bargain, j’ai 35 ans. Je suis enseignant chercheur depuis près de 11 ans. Mes thématiques de prédilection sont : la comptabilité, le contrôle de gestion, l’audit et l’analyse financière.

Concernant ma formation, j’ai débuté anciennement par un DECF, qui correspond aujourd’hui au DCG. J’ai ensuite embrayé sur un master 1 de gestion. Je voulais enseigner, monter des partenariats avec des entreprises et des organismes. Je souhaitais également piloter des formations, des filières, travailler aussi sur les outils de gestion. C’est pourquoi, je me suis tourné vers un master 2 recherche en « Sciences de gestion » puis, j’ai poursuivi sur une thèse de doctorat en gestion.

Quels sont les types de sujets attendus pour le mémoire ?

Concernant les types de sujets qui peuvent tomber lors de l’examen, il n’y a pas vraiment de thématique de prédilection. A savoir, il peut y avoir 2 fois la même thématique en 4 ans d’examens dans la mesure où on a un référentiel très précis, un référentiel national et à l’intérieur de ce référentiel, il n’y a pas de tendance.

Quelle est la finalité du mémoire ? Que doit-il apporter à l’étudiant ?

Concernant la finalité du mémoire de l’UE 7 du DSCG qui s’appelle « mémoire » ou « relation professionnel », une réforme a été mise en place récemment.

Cette réforme mixe les attendus d’un mémoire pratique avec un mémoire de recherche. Le principe ? Partir d’un cas pratique vu en cabinet ou en entreprise. L’étudiant doit ensuite partir de ce cas pour démontrer la problématique, montrer comment il travaille au quotidien et finalement essayer de faire émerger des propositions de gestion très technique. On lui demande aussi d’avoir une vision globale d’analyse, de maîtriser la partie méthodologie de son travail et comment a-t-il été amené à résoudre telles ou telles pratiques.

Quels sont les sujets et domaines les plus intéressants à exploiter ?

Concernant les sujets les plus intéressants à exploiter, il y a beaucoup de sujets d’actualités qui sont traités par les étudiants. Je pense prioritairement à la digitalisation des pratiques de gestion. Je pense aussi à l’impact du covid sur les outils et les pratiques dans les cabinets et le lien avec la gestion des clients. Je peux également ajouter, car c’est une thématique qui est émergente mais qui va prendre de plus en plus de place, le rôle et les attentes de la technologie blockchain dans les pratiques des cabinets comptables.

Quelles sont les compétences professionnelles sur lesquelles un étudiant en DCG et en alternance est attendu ?

Un étudiant en DCG doit pouvoir avoir une réflexion globale de son métier et de son environnement. La partie DCG sur trois ans donne des fondamentaux techniques et méthodologique. Concernant le diplôme de master DSCG, on attend de l’étudiant qu’il ait une belle prise de recul sur les outils mais aussi sur les pratiques qu’il peut mettre en œuvre et comment va-t-il travailler avec ses collègues. Par exemple, en DCG vous avez eu une épreuve qui s’appelle  « système d’information » qui donne les fondamentaux techniques. En DSCG, vous avez la continuité de cette épreuve qui s’appelle « système d’information et de gestion » et plus particulièrement « management des systèmes d’informations ». On essaye de montrer à travers cette UE, comment l’étudiant fait le lien entre tous les domaines de gestion du cabinet et comment il va les utiliser pour traiter des cas pratique de cabinet.

Quelle est la différence entre les épreuves écrites du DCG et du DSCG ?

Concernant les épreuves écrites du DCG et du DSCG, on est beaucoup plus sur du terrain, de la technique dans un premier temps tandis que dans un master de DSCG, on attend une vraie prise de recul et des qualités rédactionnelles dans la mesure ou on essaye de former à un vrai collaborateur qui est ensuite spécialisé. On a envie de lui donner des compétences de bases et finalement on a des UE qui sont la continuité des premières UE obtenues en DCG.

Quelle est la valeur ajoutée du DSCG par rapport au Master universitaire ?

Concernant la différence qu’on peut attendre d’un DSCG et finalement la plus-value d’un master DSCG par rapport à un master universitaire, il y a deux points :

Le contenu de la formation

Dans un master DSCG on a des attentes très précises et très complètes. On a un référentiel national qui nous indique quelles sont les notions et les évaluations à maîtriser. Donc le première avantage c’est le fait d’avoir davantage de maitrise technique sachant qu’aujourd’hui dans un cabinet comptable on doit être le plus en veille sur l’évolution de la règlementation sur l’impact de telles ou telles technologies.

Le nombre d’heures alloué au DSCG

Le deuxième avantage du master DSCG par rapport à un master universitaire, c’est le nombre d’heure qui est alloué et consacré au master DSCG par rapport à un master à l’université. On a beaucoup plus d’heures consacrées pour chaque unité d’enseignement contrairement à la majorité des masters qu’on peut avoir dans les universités.

Un petit mot pour nos étudiants 

Je leur souhaite dans un premier temps bon courage. C’est une formation qui est riche et qui est exigeante mais surtout qui est accessible pour des étudiants qui sont travailleurs et qui aiment à la fois le côté technique, méthodologique et pédagogique de la gestion. C’est aussi une formation pour des étudiants qui ont envie de devenir manager, avec derrière des responsabilités.

Aujourd’hui, on a de belles perspectives dans ce milieu-là. Le milieu de la comptabilité et du domaine du chiffre est un secteur qui recrute énormément. Aussi bien sur des missions de comptabilité pure, que de gestion de paye, d’audit , d’expertise. Aujourd’hui, on est vraiment en attente d’étudiants et IHECF représente un vrai tremplin pour des étudiants qui ont envie de s’engager dans un métier aussi passionnant que le domaine du chiffre.

 

 

Envie d'intégrer IHECF Angers à la rentrée ? Faites une demande de document ou déposez votre candidature


Partagez