Rennes

Accueil  /  Actualités  /  Bryan, major en DCG, se lance dans le DSCG intensif

Bryan, major en DCG, se lance dans le DSCG intensif

Bryan Conq, étudiant IHECF à Rennes en DSCG cette année, nous partage son parcours et son projet professionnel. Titulaire d’un DCG, Bryan nous dévoile également quelques conseils pour réussir à obtenir le Diplôme de Comptabilité et Gestion.

Quel est ton parcours de formation ?

Après avoir effectué un BAC Scientifique à Brest, d’où je suis originaire, je me suis dirigé vers l’école IHECF à Rennes pour intégrer le DCG (Diplôme de Comptabilité et Gestion) directement après le lycée. Au début, j’étais très hésitant sur le fait de vouloir étudier la comptabilité ou la médecine. Finalement, je me suis dirigé vers la comptabilité puisque les domaines de la finance et de la gestion m’ont toujours intéressé.

J’ai donc fait mes trois années en DCG en initial et j’ai obtenu le diplôme, en étant major de ma promotion la dernière année. Cette année, j’ai intégré le DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion), que j’espère obtenir au bout d’un an grâce au format intensif qu’offre l’IHECF.

Je suis actuellement en stage, dans le cabinet d’expertise-comptable IGBB basé à Rennes, de début septembre 2021 à mai 2022. Je n’ai pas encore mes missions en stage, mais ça ne devrait pas tarder. Je dois également réfléchir à un sujet de mémoire, j’ai quelques idées en tête déjà, mais rien n’est décidé.

IHECF : l’école de la proximité

Pour commencer, j’ai découvert l’école IHECF de Rennes grâce au salon AZIMUT de Brest. J’ai pu échanger avec les conseillers de formations sur l’ADN de l’école, son fonctionnement, sa réputation et bien sûr les formations proposées. J’avais déjà en tête le fait de vouloir intégrer un DCG.

Pourquoi avoir choisi IHECF plutôt qu’une autre école ? Pour deux points essentiels : sa proximité avec la ville de Brest d’où je viens. Il était important pour moi de ne pas trop m’excentrer et de pouvoir rentrer voir mes proches facilement et rapidement.

Le deuxième point, c’est la taille des effectifs au sein de l’école. Le fait que IHECF soit un institut de petite taille m’intéressait puisqu’en tant qu’étudiant on se sent plus accompagné par l’équipe pédagogique, ils nous connaissent tous et le lien est différent par rapport à une école de grande taille. De plus, on bénéficie plus d’attention des formateurs car les classes sont à tailles humaines, on a plus de moments pour poser des questions ou pouvoir échanger avec le professeur.

3 années en DCG

Mes trois années en DCG se sont bien passées, j’en suis très content. La première année est la plus généraliste, on étudie l’économie, le droit, l’anglais,… Ce n’était pas mon année préférée puisque, pour moi, ce n’était pas assez accès sur les domaines de la comptabilité et de la finance. Il faut attendre la deuxième année pour découvrir plus en profondeur ces domaines.

À l’inverse, j’ai beaucoup aimé la troisième année puisqu’on étudie le contrôle de gestion, un axe que j’affectionne particulièrement. Il y a aussi des matières plus techniques. Pour moi, quand on travaille des sujets qu’on apprécie, c’est beaucoup plus fluide et ça se voit au niveau des résultats. 

Un projet professionnel bien défini

J’ai mon projet professionnel en tête pour 10 ans. Pour commencer, je souhaite passer mon DSCG en 1 an (au lieu de deux années), toujours à l’IHECF. Ensuite, j’ai pour projet de passer mon DEC (Diplôme d’Expert-Comptable), avec une spécialisation agricole. Mes parents ont une exploitation agricole dans le Finistère et j’ai pour objectif de reprendre l’activité.

C’est un secteur que j’apprécie, j’ai toujours vécu là-dedans depuis petit, et c’est vrai qu’en échangeant avec des professionnels, cela m’a conforté dans mon choix.

Des conseils pour nos étudiants DCG 1ère année ?

Le vrai conseil à appliquer c’est de se mettre au travail directement, de ne pas attendre. Surtout en comptabilité, puisque c’est une matière qui nécessite d’avoir des bases solides pour pouvoir avancer dans l’apprentissage. Il faut prendre le pli rapidement parce que s’ils ont des lacunes sur un domaine, ça peut découler sur les autres matières du programme.

Il faut vite comprendre la logique, et bien sûr poser des questions. Les formateurs sont là pour ça, et il faut se dire que si on pose la question, ça peut aussi en aider d’autres dans la classe.


Encore des questions sur le parcours expertise comptable ? Venez lire les articles :


Ou n'hésitez pas à faire une demande de documentation !


Partagez